Rechercher
  • Kathy Percevejo

Interview du Président de l'accélérateur

Dernière mise à jour : 26 oct.

Alain Ilhe revient sur son parcours et sa passion : la création d'entreprise


Président de l’accélérateur WeRaiseStartup, Alain Ilhe n’en est pas à son coup d’essai en matière d’aventure entrepreneuriale. Passionné par la création d’entreprise depuis toujours, c’est après la vente des sociétés qu’il dirigeait qu’il s’est lancé dans l’aide et l’accompagnement d’autres entrepreneurs. Dans cette interview, il revient sur son parcours et son intérêt pour les startups.


Peux-tu te présenter en quelques lignes ?


Après mes études, je suis entré dans une banque comme analyste financier. J’y suis resté deux ans avant d’enchaîner avec d’autres expériences professionnelles et, après un certain temps, j’ai co-fondé une première société (Sidexa). C’était en 1981.


À la suite de cette première expérience entrepreneuriale, je n’ai pas arrêté de créer des sociétés (TAE – Le Club Auto), toutes en lien les unes avec les autres, jusqu’à leur cession en 2004 à un groupe américain. Ces entreprises continuent de fonctionner très bien aujourd’hui.


A côté de cela, j’ai également été professeur en création d’entreprises à HEC Entrepreneurs pendant une quinzaine d’années. Je prenais plaisir à travailler avec des trinômes d’étudiants sur des projets de société. C’étaient en fait déjà les prémisses de ce que nous faisons chez WeRaiseStartup.


Comment et pourquoi es-tu devenu investisseur en startups ?


Après la cession de 2004, je me suis retrouvé « libéré » et disponible pour d’autres projets. Toujours attiré par la création d’entreprise, j’ai commencé à m’intéresser aux startups, dont on entendait de plus en plus parler ; j’ai même commencé à investir dans des projets qui me parlaient ou qui étaient portés par des connaissances. Pour bénéficier d’un dealflow, j’ai eu l’idée de rejoindre un réseau d’investisseurs. C’est ainsi qu’en 2006, je suis devenu Business Angel chez Investessor. Plus tard j’en suis devenu co-président et j’ai beaucoup œuvré pour développer l’association, augmenter le nombre de ses membres et la rendre financièrement indépendante, notamment en se passant des subventions.


Comment est née l'idée d'un accélérateur ?


Quand j’ai commencé à m’intéresser aux startups, les Business Angels étaient les seuls interlocuteurs réceptifs aux problématiques de l’amorçage. Plus tard, quand l’écosystème startups a commencé à grandir, d’autres acteurs s’y sont intéressés : les fonds, les family office, de même que certains entrepreneurs qui, ayant revendu leurs sociétés, souhaitaient aider à leur tour de jeunes startups et disposaient de fonds pour le faire.


Avec l’idée d’un accélérateur, j’avais en tête de préempter les startups suffisamment tôt, c’est-à-dire dès le stade de l’idéation parfois, dans le but de consolider notre deaflow avec de belles startups en devenir.

L’accélérateur WeRaiseStartup a été créé en 2017. Avant cela, j’avais déjà co-fondé WeLikeStartup avec Julien Dubois, plateforme digitale dont la mission est l’accompagnement dans la levée de fonds et le suivi des investissements jusqu’à la sortie des investisseurs.


Avec un accélérateur, nous avions une offre très complète pour les entrepreneurs en recherche de fonds et avions la capacité de les soutenir dès la création de leur société jusqu’à la sortie du capital de leurs Business Angels.

En quoi consiste le programme d'accélération ?


Il s’agit d’un programme de mentorat qui dure entre 6 et 9 mois : 4 à 6 mois sont dédiés à la « construction » de la startup, puis 2 à 3 mois servent à préparer la levée de fonds.


Souvent, les entrepreneurs ne savent pas comment s’y prendre, comment appréhender les différents paramètres de la mise en œuvre de leur projet, comment se déroule une levée de fonds… L’accélération les aide dans ces tâches essentielles.


Concrètement, que se passe-t-il pendant l'accélération ? Sur quoi travaillent l'entrepreneur et son mentor ?


L’accélération se décompose en différentes étapes, qui vont de la clarification de la naissance du projet jusqu’à l’examen détaillé de l’équipe et de l’offre, de la vision de l’entrepreneur à moyen long terme, en passant par l’étude du marché, les forces du projet dans celui-ci, le business model, le business plan, les projections financières, le plan de trésorerie…


Enfin, une fois ces bases posées, l’entrepreneur et son mentor préparent la levée de fonds : quel type de levée de fonds ? pour faire quoi ? quelles sorties possibles pour les investisseurs ?... Le mentor accompagne également l’entrepreneur dans l’élaboration de son pitch deck et sa présentation orale devant les Business Angels.


Tout cela doit être sous-tendu par l’équipe entrepreneuriale, qui est primordiale. Si l’équipe a besoin de se structurer ou de se renforcer, l’accélération intervient pour aider au recrutement ou encore à la répartition du capital quand il s’agit de recruter des talents clés.


Quels sont les bénéfices d'une accélération pour un entrepreneur ?


Le programme de l’accélération reprend quasiment tout ce que j’enseignais en création d’entreprise à HEC Entrepreneurs, c’est pratiquement un Master ! L’entrepreneur y apprend comment créer et développer sa société. L’accélération vient combler le fossé qu’il y a entre avoir une bonne idée et la mettre en pratique.

Quelles sont les conditions pour qu'une startup soit retenue en accélération ?


Les premiers critères sont d’avoir une bonne idée d’entreprise innovante et une bonne équipe. Un entrepreneur peut postuler juste avec une bonne idée, sans même que la société soit créée.


Combien coûte l’accélération ?


Lorsque l’entrepreneur candidate à une accélération, il n’a pas d’argent. L’accélération n’est donc rémunérée que lorsque la levée de fonds est concrétisée sur la base de 6% du capital. Si la levée ne se fait pas, alors l’entrepreneur n’aura rien à régler.


Qui sont les mentors WeRaiseStartup ? Comment sont-ils sélectionnés ?


Les mentors sont des Business Angels du réseau WeLike Investessor qui se sont portés volontaires et qui ont la capacité de faire du mentorat de par leur propre expérience professionnelle. Lorsqu’une startup entre en accélération, nous la mettons en relation avec un mentor susceptible de l’accompagner au mieux, en fonction du secteur d’activité, du produit ou service proposé…


Et après la levée, que se passe-t-il ?


Très souvent, après la levée, le mentor devient le Chargé de Participation au Comité Stratégique de la startup. A compter de ce moment-là, il n’assure plus le suivi au titre de WeRaiseStartup, mais en qualité de représentant des actionnaires et c’est à ces derniers qu’il rend compte. Conformément au contrat qui lie l’entrepreneur, c’est à ce moment-là que WeRaiseStartup entre au capital de la startup.


L'accélération garantit-elle la réussite de la levée ?


La réussite d’une levée de fonds dépend de nombreux facteurs qui sont parfois conjoncturels et indépendants de l’accélération. En effet, bien qu’il s’agisse d’un critère de sélection, nous ne pouvons pas toujours présumer de la réceptivité des Business Angels, même si jusqu’à présent, toutes les startups accélérées par WeRaiseStartup ont concrétisé leurs levées de fonds. D’ailleurs, plusieurs d’entre elles sont en ce moment en train de boucler des seconds tours de financement avec succès.

47 vues0 commentaire